Les lignes d’action

  • Il existe une vraie richesse territoriale dans le département, principalement par le fait que tous les établissements (sauf un) sont directement sous tutelle diocésaine. C’est une force pour le projet diocésain, en relecture actuellement. La prochaine étape pourrait consister à en faire un projet de tutelle, aidant les équipes qui sont en charge de nos jeunes et de nos enfants à mieux cerner leur identité et la mission de chaque établissement.
  • Nous vivons des problématiques identiques avec nos collègues de l’Oise et de la Somme, tous trois dans la même académie. Il faut poursuivre le tissage de nos liens et mutualiser ce qui peut l’être.
  • La solidarité entre établissements existe, mais devant les grandes difficultés financières de certains, il faut renforcer celle-ci. Cela peut aller, selon la nécessité, jusqu’à une fusion des structures de gestion et d’administration, tout en conservant les implantations et les charismes éducatifs et pédagogiques propres à chacun. La Fondation Saint Matthieu (fsma@ddec02.org) qui recueille les dons pour l’Enseignement Catholique doit pouvoir jouer un rôle important face à cette nécessité.
  • Il y a des lieux où nous ne sommes pas présents, alors que de nombreuses familles souhaitent un enseignement catholique de proximité pour leurs enfants. Ce problème doit être pris à bras le corps, et malgré une situation très difficile en moyens, nous devons réussir à mieux partager ceux-ci pour renforcer notre présence de proximité sur le département.
  • L’éducation et l’enseignement, ce n’est pas que l’école. Des structures pour accueillir les tout petits et des Unités de Formation par Apprentissage ont vu le jour ces dernières années. Il faut absolument poursuivre notre service aux familles avec des créations de ce type en veillant bien à ce que leur projet soit conforme au regard que nous portons sur l’humain.
  • Nos 32 chefs d’établissement font un travail remarquable sur le terrain. Ce métier devient cependant de plus en plus difficile face à une société de plus en plus complexe, une situation économique difficile et une judiciarisation de plus en plus fréquente des relations humaines. Le directeur Diocésain et son équipe sont proches des chefs d’établissement et travaillent en permanence à mettre en place des outils pour les aider dans leur mission.
  • Enfin, pour terminer, il faut sans cesse se souvenir que notre raison d’être se justifie par l’injonction bimillénaire du Seigneur Jésus Christ: « Laissez venir à moi les petits enfants ». Toutes les orientations précédentes ne valent que si c’est pour maintenir et développer dans notre département des établissements dans lesquels la rencontre avec un modèle d’humanité authentique est possible : celui que Jésus montre dans les évangiles. Tous nos projets doivent reposer sur notre vision anthropologique qui fait de l’homme un être créé à dimension éternelle qui a vocation à s’épanouir dans le Vrai et le Bien.